Comment j’ai trouvé le nom de Ma-Webassistante.com ?
Aujourd’hui, Facebook m’a rappelé qu’il y a tout juste huit ans, j’ai trouvé le nom de cette entreprise qui allait devenir ma vie. Oui, Facebook permet de ne pas oublier certaines dates et, avouons-le, c’est parfois bien pratique ! C’est donc le 20 octobre 2009 que... Lire la suite...
Pour ne pas perdre sa vie à la gagner !
Autant vous le dire tout de suite, ce titre que je trouve fabuleux n’est pas de moi ! J’aurais tellement aimé y penser moi-même que je permets de l’utiliser, mais c’est en fait le sous-titre d’un livre coécrit par Annie THEBAUD-MONY, Philippe DAVEZIES, Laurent VOGEL,... Lire la suite...
Le député, le salarié, le chef d'entreprise et les justificatifs de dépense !
Cher Monsieur le Député Sébastien Huyghe, Vous avez été réélu pour la dernière législature qui a commencé il y a une quinzaine de jours. On n’a pas relevé votre présence très souvent depuis cette élection mais votre seule intervention en commission a fait le tour des réseaux sociaux ! Lire la suite...
Communiquer, une nouveauté pour les avocats !
Le 28 avait lieu à Rouen une intéressante conférence donnée par @DominiquePiau sur le thème de « La communication des avocats : faire sa publicité dans le respect des bonnes pratiques » à laquelle la très gentille @Palais_au a assisté et pour laquelle elle a eu la bonne idée de nous faire un petit... Lire la suite...
Ma-Webassistante.com a fait son lifting de printemps !
Vous l’avez certainement vu (et si vous ne l’avez pas, levez les yeux, vous le verrez !), MA-WEBASSISTANTE.COM a relooké son logo ! J’ai créé moi-même le premier (et précédent) logo de MA-WEBASSISTANTE.COM quand j’ai préparé la création de l’entreprise fin 2009. Cette année, j’ai décidé de... Lire la suite...
prev
next

La taxe sur la copie privée, c’est quoi ?

La copie privée, c’est la possibilité pour une personne de reproduire une œuvre pour son usage privé, l’œuvre ayant été achetée ou reçue suite à une diffusion (à la télévision, par exemple).

Bref, vous pouvez faire une copie du dernier CD de Madona que vous avez acheté et le mettre dans votre voiture si vous avez l’original à la maison ! Vous pourrez même le conserver quand votre original sera complètement rayé ! Et vous pourrez faire écouter ce disque à votre rejeton qui ne connaît que les One-D puisqu’il fait partie de votre cercle familial !

Depuis l’arrivée d’Internet, du numérique et des échanges à très haute vitesse, les « majors » se plaignent qu’il y a plus de copie privée que d’originaux. Comme elles n’ont pas su être réactives et profiter de l’avènement de ces nouvelles technologies, elles ont effectivement vu leurs ventes baisser.

 

À l’origine, il s’agissait de régler plus ou moins le problème du piratage. Mais le Conseil d’État a dit que cette taxe ne pouvait pas venir compenser les copies illicites ! Bref, les majors encaissent cette redevance que nous payons tous, mais ça n’a pas fait avancer le schmilblick !

Au final, à chaque fois que vous achetez un support numérique (disque dur, carte mémoire, mais également n’importe quel appareil qui contient de la mémoire comme un téléphone), vous vous acquittez de la redevance pour la copie privée. Elle est prélevée un peu comme la TVA et est transparente pour le consommateur hormis le fait qu’elle doit être mentionnée sur la facture et qu’elle est prélevée et gérée par un organisme privé (Copie France) qui dispose d’une délégation !

Cela dit, nous payons tous une taxe sur la copie privée sur tous les supports numériques que nous achetons, ce qui devrait nous permettre d’enregistrer un peu tout ce qui passe, notamment à la télévision. Cependant, les diffuseurs utilisent des cryptages rendant la copie privée impossible… pour leurs abonnés qui payent un abonnement aux bouquets de diffusion et la redevance sur la copie privée sur les dispositifs d’enregistrement fournis par ces diffuseurs…

Vous avez un léger sentiment de vous faire avoir ? C’est normal !

Professionnels, faites-vous rembourser !

Lorsque j’ai acheté mon nouveau téléphone portable, j’ai été estomaquée de voir que la redevance sur la copie privée représentait… huit euros pour une pauvre carte mémoire de… seize gigaoctets !

Huit euros, pour les anciens, ça représente un peu plus de cinquante francs (cinq mille anciens francs pour les très, très anciens) de redevance sur la copie privée pour un téléphone qui me sert à avoir un mini-bureau mobile sur moi quand je ne suis pas à la maison !

C’est une twittelle (que je remercie encore une fois) qui m’a mis la puce à l’oreille et m’a dit que les professionnels pouvaient se faire rembourser cette taxe ! J’ai testé pour vous et ça marche plutôt bien.

Ça se passe sur le site de Copie France, la société qui gère la perception de la redevance sur la copie privée. Après avoir ouvert un compte sur le site et montré patte blanche, vous pourrez demander, en ligne le remboursement de la redevance sur la copie privée dont vous vous êtes acquitté en achetant votre support de stockage.

Vous devrez répondre à toute une série de questions sur l’usage que vous allez faire des supports en question et jurer sur la tête de votre mère que vous ne les utiliserez pas dans le cadre de la copie privée !

Vous joindrez la facture qui mentionne le montant de la taxe sur la copie privée et vous recevrez quelques semaines plus tard (environ trois semaines dans mon cas) un chèque.

Bizarre cependant, dans le cadre d’une procédure entièrement électronique, de recevoir un chèque par la poste !